close
Revues

Womanizer +Size !

Premier article, je me jette à l’eau.

Ça tombe bien on parlera d’une bête waterproof qui fermait frémir un sous-marin ou un stormtrooper (vous allez comprendre). En attendant, il fait frémir les corps, et cette fois, beaucoup plus de corps !

J’arrête les jeux de mots de merde et je fais un Petit État des Lieux : 

Le constat est grave : l’industrie du plaisir est cis-centrée, à parler à tout va en termes de « femmes », de « pour elle » et « pour lui » alors que des personnes qui ne se définissent pas en ces nuances de genre seraient bien heureuses d’avoir elles aussi accès au plaisir des objets ; admettons qu’on ait besoin de la binarité comme simplification et que l’évolution prenne du temps. L’industrie est hétéro-centrée : cherchez un jeu de couple romantique pour une soirée coquine, il y a beaucoup de chance que les gages se réalisent sur le mode vagin + penis. Certes il y a une offres parallèles de produits pour les couples gays et lesbiens : je vous avoue très mal le connaitre mais toujours est-il qu’il reste très « à part » et moins grand publique. Comme si les homosexuels ne faisaient pas de sexe vanille, of course. Bon, admettons encore que c’est plus pratiques d’avoir des boutiques pour les hétéro et des boutiques pour les homos (t’es bi ? tu sors !). Jusque là j’espère que je vous ai pas appris grand chose : le marché dans ce domaine est à l’image de la société. Alors on oublie rien : spécisme, bien sûr car il y a très peu de produits véritablement vegan ; validisme, très surement et cela peut être un peu le même souci qu’au point suivant ; et la cerise sur le gâteau, qu’on va déguster ce jour, grossophobie ! Je suis presque sûre que bon nombre d’entre vous n’y aviez pas pensé, mais oui, les fabricants de sextoys oublient les « grosses » et ont surement en tête une utilisatrice moyenne de 26 ans, sans enfant, fitness le weekend, qui rentre dans un petit 38 H&M et lit madame figaro (me demandez pas pourquoi). Mais la réalité invente des corps bien plus diversifiés, et je suis même pas sûre que cette femme moyenne soit vraiment la moyenne de toutes les femmes. Luttons contre l’obésité qui fait mourir, contre la maladie, mais laissez les corps ronds et flasques jouir en paix ! Revenons-en à notre sujet pour constater que nos sextoys ont une ergonomie bien particulière : c’est bien connu, ce qui est petit est mignon. Gros ça fait vulgos, c’est pas tellement la mode. Mais vous qui comme moi n’avez pas directement expérimenté cette morphologie, mettez-vous à la place de ces personnes qui ont un ventre, des cuisses, des mains et une vulve différents des vôtres. Imaginez que vous ne trouviez déjà pas de culottes jolies pour envelopper et mettre en valeur de bonnes fesses tout en évitant de faire des paupiettes de grandes lèvres ; imaginez en plus vous acheter un petit sextoy qui vous glisse entre les doigts une fois lubrifié, qui se perd entre des cuisses qui ne demandent qu’à se tendre de plaisir, qu’on ne voit pas derrière l’horizon d’un nombril avide. Vous n’imaginiez pas qu’on puisse voir son accès à son propre clito refusé ? Bah si. That happens. Il ne s’agit pas de changer de corps, pas pour cette raison OBVIOUSLY, mais de changer les objets qui nous facilitent la vie au quotidien. C’est le principe de notre société de consommation mais j’ai l’impression que la priorité c’est de faciliter la vie des gens qui ont déjà une vie relativement simple… JE DIS ÇA JE DIS RIEN HEIN.

C’est là qu’arrive Womanizer et c’est là que je vais enfin commencer à écrire avec le sourire (j’étais un peu vénère là au dessus, t’imagine).

  • Rappel : Womanizer c’est quoi à part la chanson de Britney Spears ? C’est une marque de sextoy plutôt innovante qui a créé une gamme d’appareils permettant une stimulation sans contact du clitoris (et de la vulve, j’insiste) qui change des vibrations so mainstream des autres sextoys. On dit souvent que ce sont des aspirateur à clito mais c’est plutôt de la pulsation d’air, sans véritable succion (non t’auras pas le clito tout bleu donc tu peux en abuser). Les premiers modèles ressemblaient à ça : 

Depuis quelques mois, j’ai vu débarquer un nouveau sextoy de l’espace sur mes internets ! Mais j’étais loin de me douter de cette petite révolution bien cool comme je les aime. Bon, évidemment, toujours partante pour tester un nouveau gadget de Womanizer, et super curieuse de voir les évolutions, le nouveau design… Donc merci Espace Libido pour l’envoi ! Que j’étais naïve mouhahahaha… vous auriez vu ma tête quand j’ai ouvert le colis. WHAT THE FUCK IS THAT MASTODONTE.

Oui, ce nouveau womanizer est grand, un vrai bateau, une navette spatiale, un pistolet de l’espace. Oui il a un style néo-futuriste, entre l’élégance du minimalisme, le chic du blanc et doré, l’épuré de ses courbes arrondies tout en longueur. Mais surtout, avec son manche de 13cm il devient le womanizer +Size qui pense aux corps +Size. Sa prise en main est unique en son genre et son gabarit permet de sentir où il est, comment il y est, où est-ce qu’on va tout en ayant parfaitement le moyen de le diriger bien comme on veut. Tu es enceinte jusqu’aux sourcils ? T’as un bidou un peu chubby ? T’as des bras de lilipuces ou des articulations fragiles ? Tu t’en sortiras tellement mieux avec ce modèle de womanizer qu’avec les précédents ! Le fait de pouvoir déporter l’endroit que tu tiens et celui où ça  fait du bien est un énorme plus, comme son nom l’indique. Cette bête de plaisir est idéalement proportionné alors tu n’auras pas l’impression non plus d’utiliser un gratte-dos télescopique de chez gifi, son utilisation est très intuitive. D’accord son bouton d’allumage est sur le bas du womanizer, près du bec (oui, tu verras, un womanizer, ça se tient bien plus souvent tête en bas !) mais après, tu peux laisser tes mains courir sur le haut du manche, pour contrôler les boutons plus et moins et explorer les sensations, trouver THE spot en maniant l’objet tout entier sans avoir besoin de retourner jusqu’à ton clito. Trop facile ! Les boutons sont larges et se sentent sous les doigts sans besoin regarder, alors fini la dictature des doigts en cure-dents !

Je pense à un truc… T’as déjà essayer de laisser les commandes de ton womanizer à un partenaire ? Catastrophe ! Le fail du siècle. Dur dur de faire un bisous à sa douce tout en visant son clito avec un petit womanizer tout en changeant de vitesse avec des paluches de camionneur. Bon, je sais que le womanizer n’est pas le sextoy à utiliser en couple par excellence, loin de là, mais qui ne tente rien n’a rien. Ajouter de la stimulation sans contact à un câlin c’est quand même le rêve. Ça reste un petit challenge, je ne vous le cache pas, n’hésitez pas à diriger un peu les opérations, mais encore une fois ça sera bien plus accessible.

J’ai écrit validisme car c’est aussi un sujet qui me tient à coeur, et j’espère vous faire un article le plus complet possible sur le sujet sexualité et handicap. Il n’y a pas de raison d’avoir moins ou pas de libido quand on est atteint d’un handicap, et les handicaps ont des formes tellement multiples qu’ils mériteraient d’avoir quelques produits qui leur rendent la chose plus simple, voire simplement possible. Le principe même du womanizer a déjà le mérite de n’envoyer que peu de vibration dans les mains (ce qui peut être insupportable chez certaines personnes) mais là y’a aucun risque vu qu’on reste plutôt loin du moteur du sextoy. Le format de l’appareil peut aussi éviter les crampes, les luxations, les tensions désagréables, même si on est pas particulièrement gros. Ami.e.s concerné.e.s, n’hésitez pas à m’expliquer vos cas et comment vous imaginez le truc.

 

 

 

Laisser un commentaire