Fellation ! Ce qu’il faut savoir…

Ou pas ! Car il n’y a jamais rien d’obligatoire dans la sexualité ! 

C’est une pratique qui reste extrêmement répandue, à tort ou à raison, car c’est sans doute un symptôme de plus d’un sexisme qui déteint sur notre vie intime : le plaisir de l’homme est le premier des impératifs et la soumission de la femme est un idéal… C’est d’ailleurs pour ces raisons que certaines personnes ont pour principe de ne pas s’y adonner. D’un autre côté, cela reste du sexe oral qui procure grand plaisir et excitation, potentiellement aux deux personnes qui le pratiquent, quand cela est réalisé dans la joie et le désir. 

Je reçois souvent vos interrogations sur ce sujet : « mon copain voudrait que je lui fasse une fellation, je sais pas si je dois le faire ou non… » et mes réponses sont souvent de l’ordre du « Fais-le sans retenu si tu en as pleinement envie ! Mais si ça ne te tente pas, ne te force jamais, parles-en avec lui et trouvez ensemble d’autres moyens de vous amuser 😉 ». Cela résume bien mon avis sur la question. 

J’en profite ici pour vous faire part d’une réflexion relayée par Flore Cherry, journaliste sexo de talent qui m’a parlé de consentement enthousiaste : c’est plus qu’un « oui », c’est un « FUCK YEAH !! ». L’idée est qu’en sexualité, un simple accord n’est pas suffisant, on n’accorde pas des actes pour faire plaisir, en se poussant. On le fait parce qu’on est trop content.e de le faire, parce qu’on en a super envie, parce que ça colle à nos désirs et que ça nous remplit de bonheur. Il y a des propositions, des suggestions, « peut-être que tu pourrais me faire une gâterie avec ta bouche ? » et bien soyez sûr.e de répondre un grand « OH OUIIII » et pas juste un petit « oui… ». 

Un très bon article de Maïa Mazaurette sur ce sujet à retrouver ici.

Une fois que votre envie est là, que l’idée vous enjaille, il reste peut-être quelques questions : comment je vais m’y prendre ? Est-ce que je vais savoir bien faire ? Est-ce qu’il a du plaisir quand je fais ceci, cela ? Et c’est bien normal d’avoir ce genre d’interrogations pendant ou avant le sexe. Alors sachez une chose : vous allez très certainement être amené à vous poser de nouveau ce genre de question tout au long de votre vie sexuelle ! Il n’y a pas de bonnes réponses, pas de règle et pas de bonne façon de faire l’amour.

Tous les hommes et toutes les personnes à pénis ont des sensations et des sensibilités différentes, mais aussi des morphologies différentes ! À ce titre, chaque individu aura des préférences, des stimulations qui les font monter au 7ème ciel, d’autres qui feront mal, qui seront insupportables… Donc chacun aura un « type » de fellation préférée. Faites la même fellation à 10 personnes : vous aurez des commentaires allant de « meilleure pipe de toute ma vie » à « WTF, c’était affreux pour moi ». 

Gland très sensible ? Prépuce présent ou non ? Un frein chatouilleux ? Certains pénis aiment se faire titiller sans être totalement décalotté, d’autres aiment le contact de vos pré-molaires, mais les autres détestent… Certaines personnes aiment le rythme, ou préfèrent la douceur de mouvements plus lents. De mon expérience personnelle, je n’ai pas rencontré 2 personnes ayant les mêmes goûts en la matière. 

Je vous dirais que la bonne fellation, c’est celle qui est à l’écoute. Et c’est valable pour toutes les pratiques sexuelles en fait ! Restez à l’affut de tous les signes de plaisir ou de déplaisir, même les plus faibles, une respiration profonde, un soupir, un gémissement, une tête qui bascule en arrière, une bouche qui s’entre-ouvre ou des lèvres pincées… Interprétez-les, que vous inspirent ces expressions corporelles ? Bien-sûr vous allez vous tromper quelques fois, ou vous aurez affaire à des spécimen pas très expressifs haha ! Vous allez avoir des doutes, alors demandez : « tu aimes ça ? et comme ça ? » Cela peut être très sexy et même ajouter un grand plaisir ! Si vous n’êtes pas à l’aise avec l’idée de parler pendant, opter pour de petits débriefings après, lors d’un moment câlin après une partie de plaisir, quand l’atmosphère est pleinement détendue : « T’as kiffé quand j’ai fait ça avec ma langue ? T’as mal si je fais comme ça ? Si c’est le cas je le referais plus, promis ! » Ça prendra la forme qui vous correspond, adaptez cette communication à votre couple bien sûr. 

Si vous avez un penis et que vous me lisez, laissez-moi vous conseiller de communiquer vos sensations à votre partenaire : il ne s’agit pas de juger et de dire « t’es pas une bonne suceuse » hein, ça on oublie !! Mais expliquez comment vous aimez être stimuler, ce qui vous fait jouir, comment vous jouissez, et ce que vous n’aimez pas, ce qui est trop sensible, voire douloureux. Pourquoi pas guider votre partenaire, même de manière non-verbale, avec un geste tendre qui invite à plus de pressions, avec une caresse dans son cou pour l’inviter à continuer comme ça… Mais par pitié oubliez les scènes porno que vous avez vu et n’appuyez pas sur cette tête comme si c’était une pastèque ! Ne faites ce genre de chose qu’avec un accord claire de la personne. Et si vous fantasmez sur une gorge profonde, sachez que ce sera bien plus efficace si vous laisser votre partenaire contrôler la chose 😉 

Vous qui effectuez une fellation, vous avez peut-être aussi envie d’offrir de nouvelles sensations et d’expérimenter de nouvelles choses : en effet les possibilités sont infinies ! Avant de penser à la gorge profonde, vous pouvez déjà tenter d’autres façon de stimuler le pénis avec votre langue, vos lèvres, des baisers, des caresses… Comme dans le reste d’un rapport sexuel, il n’y a pas que la pénétration : vous pouvez, sans prendre le penis dans votre bouche, faire glisser votre langue sur la longueur du pénis, sur le gland, sur différentes faces, titiller le frein avec de petits coups de langue, avec le doigt ou faire de petites succions. Attardez vous sur les testicules également, pourquoi pas en les pressant doucement avec l’autre main, en les caressant, en les embrassant… Pourquoi pas augmenter les sensations avec un gloss à fellation qui vous fera à tous les deux de délicieuses sensations de chaud/froid ? Ou ajouter des petites choses qu’on trouve à la maison : une touche de chocolat, un trait de miel, de chantilly, un glaçon dans la bouche ou un thé chaud, une gorgée de champagne ou d’eau pétillante pour des sensations innovantes !

Il n’y a pas qu’une position pour faire une fellation ! Bien sûr on peut s’agenouiller aux pieds de la personne qui se tient debout, ou au dessus de lui quand elle est allongée sur le dos. Mais vous pouvez variez, vous agenouiller sur le coté, avec la tête posée sur son ventre, ou encore tenter un 69 ! Mais une position dont on parle peu mais que je trouve très plaisante est de descendre simplement un peu plus bas après des bisous, allongé face à face dans le lit : on se retrouve tout deux sur le coté, dans une position confortable. Votre nuque vous dira merci !

N’oubliez pas d’utiliser aussi vos mains, que ce soit pour maintenir le penis dans le bon angle pour les léchouilles que vous lui donnez, ou pour coupler une stimulation du gland avec votre bouche, et une masturbation de haut en bas avec votre main. Vous pouvez aussi aller chercher un peu plus loin avec vos doigts et faire des pressions à cet endroit stratégique qui se trouve derrière les testicules, avant l’anus. Ce coin de chair ferme est très sensible voire orgasmiques pour certains ! Comme si le prolongement du pénis passait par là… Et pourquoi pas tenter petit à petit d’aller jusqu’à l’anus ? Les propriétaires de pénis ont la chance de posséder également une prostate, organe magique pour des sensations inouïes ! Beaucoup se prive de ce genre de stimulation par gène et par  préjugés totalement injustifiés… Rassurez votre partenaire, demandez son accord tout en lui montrant qu’il ne perd en rien sa virilité par ce genre de caresse, peut-être en continuant de sucer son pénis en même temps ? Ceux qui ont tenté l’aventure de la stimulation anal, avec un doigt ou un sextoy adapté, le conseillent à 100% ! Les orgasmes prostatiques sont très différents de ceux provoqués par le pénis et se rapprochent apparemment de ce qu’une personne expérimente avec un clitoris… Plus intense, plus long et parfois sans éjaculation, voire sans érection. 

Mais si éjaculation il y a, quid de l’avaler ou pas ! C’est la grande question et encore une fois, tout est possible et c’est à vous de décider. Peut-être que cela vous excite de tout avaler et ne vous en privez pas car cela ne comporte aucun risque. Peut-être que vous êtes ok avec le fait d’avoir du sperme dans la bouche mais que vous préfèrerez le recracher dans un mouchoir… Ou alors, vous serez plus excitée si cela se finit en faciale, ou s’il éjacule sur vos seins ? Il y a pleins d’options qu’on peut tester et faire varier selon les occasions, mais il vous sera surement plus pratique d’en parler avant, d’être prévenu quand ça vient, ou de dire d’office à la personne de ne pas éjaculer dans votre bouche. 

Pour finir, j’aimerais insister sur le plaisir qu’il est possible de prendre quand on offre une fellation. Certaines personnes n’ont ni chaud ni froid à cette idée, d’autres seront dégoutées, et d’autres encore y prendront un plaisir fou ! La fellation peut être intimidante au début, mais une fois que cette partie du corps de l’autre devient plus familière, qu’on en fait une amie, un allier de plaisir, on peut trouver beaucoup de satisfaction et de plaisir à la prendre dans sa bouche, à la caresser et la masser tendrement. Ce genre de sexe oral peut provoquer une grande excitation et n’hésiter pas, si une de vos mains est libre, à vous caresser en même temps, à vous masturber pour combiner les sensations ! C’est parfois simplement l’idée de donner du plaisir, de voir l’autre s’extasier qui nous excite, juste le principe d’échanger et de partager de la joie et des sensations agréables. 

La fellation est une mine de plaisir, mais elle peut facilement devenir un enfer pour la personne qui la donne, alors rester à l’écoute de vos désirs avant tout, à l’écoute de votre partenaire si c’est vous qui la recevez. N’oubliez pas que le sexe est un jeu, et que sans règles, il n’y a pas de jeu !

Credits illustration : https://www.instagram.com/thehedonistologist/
https://www.instagram.com/petitesluxures/
https://www.instagram.com/guenievresuryous/

5 pensées sur “Fellation ! Ce qu’il faut savoir…

  • 16 octobre 2019 à 17 h 48 min
    Permalink

     » Mais par pitié oubliez les scènes porno que vous avez vu […] n’appuyez pas sur cette tête […] Ne faites ce genre de chose qu’avec un accord claire de la personne  » et  » il vous sera surement plus pratique d’en parler avant  »

    C’est un grand OUI sur ces passages !

    Quoi de pire pour faire perdurer l’image de  » sexe oral = soumission = dégradant  » quand d’une part, on oublie la puissance d’une mâchoire et les dégâts que ça pourrait faire sur le pénis d’une personne pas très respectueuse, mais surtout qu’on ne répète pas assez que pour tout acte sexuel il est important de parler avant et d’établir ce que l’on est prêt à faire ou non (tout en gardant en tête que chacun.e est libre de changer d’avis à tout moment et qu’il faut le respecter) !

    Il y a une image très violente de la fellation qui perdure à cause de la pornographie (encore et toujours) ce n’est pas étonnant que cette pratique rebute ou effraye tant de personnes…

    Accepter de faire une fellation ce n’est pas accepter tout et n’importe quoi ! Par exemple, quand on la reçoit, on ne peut pas s’autoriser à bloquer la tête d’une personne sans prévenir/demander, il n’y a pas de rapport de force entre les protagonistes si ça ne fait pas partie du jeu pré-établi, on n’est pas obligé.e d’aller « jusqu’au bout » d’ailleurs, en bref cette pratique peut être particulièrement douce et mérite d’être abordée dans sa diversité d’applications.

    Très bon article soit dit en passant !

    Répondre
  • 17 octobre 2019 à 16 h 51 min
    Permalink

    Je plussoie tellement ce que tu dis sur le consentement enthousiaste. Et je pense même que c’est une bonne règle de vie en général, surtout si on a tendance à pas savoir dire non : si c’est pas « oh ouais, grave !!! » alors c’est non !!

    Dans le milieu BDSM on utilise parfois un système de « checklist » qui permet de communiquer ses envies et ses limites à l’autre.
    On pourra alors trier les pratiques en « oui/non/pourquoi pas » mais d’autres listes plus poussées pourront avoir un système de notation de type « Envie » VS « Difficulté » allant de 0 à 5.

    À titre d’exemple, je trouve la liste faite par @Khayyam assez bien faite dans le système de notation :
    ENVIE :
    0 – Pas du tout envie (n’indique pas forcément un refus, cependant).
    1 – C’est pas vraiment une envie particulière
    2 – Pas spécialement envie, mais pas spécialement contre
    3 – Peut être, pourquoi pas, à voir
    4 – J’aime beaucoup (ou j’aimerais essayer)
    5 – C’est quelque chose que j’aime vraiment beaucoup ou que j’aimerais vraiment essayer

    DIFFICULTÉ
    0 – Aucun problème à faire cela
    1 – Assez facile
    2 – Pas vraiment évident à réaliser
    3 – Difficile, mais j’y suis prête
    4 – Très difficile – je suis prête, mais faire bien attention
    5 – Limite – j’accepte, mais les plus grandes précautions doivent être prises
    N – Hors de question – Non catégorique

    Je trouve intéressant de noter que les deux peuvent être séparés, on peut faire quelque chose sans en avoir envie, ou en avoir envie mais que ce soit compliqué à réaliser. Appliqué à l’exemple présent, ça peut être « j’ai super envie d’essayer de te faire une gorge profonde, mais on y va tout doucement ».

    Répondre
  • 27 octobre 2019 à 14 h 14 min
    Permalink

    Bonjour, j’ai une question concernant ce passage précis : « Mais si éjaculation il y a, quid de l’avaler ou pas ! C’est la grande question et encore une fois, tout est possible et c’est à vous de décider. Peut-être que cela vous excite de tout avaler et ne vous en privez pas car cela ne comporte aucun risque.  »

    Lorsque tu dis « cela ne comporte aucun risque », qu’en est-il des potentielles MST/IST ? Je me suis toujours posée la question concernant la fellation et les risques d’IST/MST, mais j’ai rarement trouvé des réponses claires, ça se partage entre « y a PEU de risques » ou « il y en a PAS ».
    Pourrais-tu m’éclaircir dessus s’il te plaît ? 🙂

    Merci pour tes articles et tes vidéos, tu fais un travail incroyable.

    Répondre
    • 27 octobre 2019 à 14 h 56 min
      Permalink

      En effet, dans cet article, je pars du principe que si on se pose la question « avaler ou pas » c’est qu’on fait une fellation sans préservatif, donc qu’on est tous les deux dépisté et qu’on s’adonne à du sexe sans protection. Mais en effet, il y a risque de transmission d’MST/IST avec une fellation, car la bouche est une muqueuse et peut comporter des micro-lésions (c’est pour ça qu’on conseille souvent de ne pas faire de fellation juste avant ou juste après un brossage de dents, ça augmente le risque). Le mieux est toujours de mettre un préservatif et il en existe des sans lubrifiant exprès pour la fellation, comme ça on mange pas de cosmétique au passage haha. Je sais que c’est pas drôle de sucer du plastique, mais c’est plus safe.
      Il n’y a pas, à ce jours de cas 100% avéré de transmission du VIH par fellation (t’imagine bien que souvent un rapport a risque comporte aussi une pénétration vaginale et/ou anal sans protection, donc on peut pas savoir ce qui à donné lieu à l’exposition au VIH) donc les études sur le sujet ne peuvent pas rendre compte du risque exacte que comporte la fellation. En théorie, la transmission est possible de la personne à pénis vers celle qui fait la fellation, mais pas l’inverse, et le VIH et l’hépatite B se transmettent par le liquide préséminal et le sperme, mais une fois dans l’estomac ça ne survit pas à nos suc gastrique. Le fait de l’avaler n’est donc pas le coeur de la potentielle transmission, c’est la muqueuse de la bouche, donc dés le premier contact, et même si on a le sperme en bouche et qu’on le recrache, il y a potentiel risque. Mais si tu vas en centre de dépistage, si c’est la seule exposition et qu’il n’y a pas eu de pénétration vaginale par exemple, on considèrera le risque comme faible, même si ça n’empêche pas de faire un dépistage. C’est ce qu’on m’a expliqué dans mon centre et le fruit de mes recherches en tout cas ! J’espère t’avoir répondu 😉

      Répondre
      • 27 octobre 2019 à 19 h 41 min
        Permalink

        Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me répondre ! Tu as répondu à tous mes questionnements 🙂

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *