La Cup ! Star des menstrues

Bien commencer avec la Cup Menstruelle 

Elle est devenue une protection hygiénique incontournable et bon nombre d’entre nous ne peut plus s’en passer ! Pourtant, le passage à la cup n’est pas une mince affaire pour tout le monde… Vous trouverez donc ici toutes mes astuces et mes conseils pour adopter définitivement la cup en toute sérénité ! 

La Cup c’est quoi ? 

Une cup, ou coupe menstruelle en français, c’est un petit bout de silicone médical en forme de godet, qui vous permet de contrôler le flux des règles en recueillant le sang à l’intérieur, au sein même du vagin ! Il suffit de l’insérer en la pliant pour qu’elle se déploie une fois en place, de la porter pendant plusieurs heures (grand max 12h, on en parlera !) puis de la retirer, la vider, rincer et on recommence pendant toute la durée des règles ! Cette protection réutilisable est écologique et économique car elle coute entre 15 et 25€ mais on peut l’utiliser des années ! 

Pourquoi passer à la cup ? 

En plus des économies et de la réduction de vos déchets, la cup est aussi une alliée santé : contrairement à la plupart des tampons de nos grandes surfaces, elle ne contient pas de substances polémiques comme les glyphosates ou le chlore (qui veut mettre ce genre de chose sans son vagin franchement ?). Elle réduit aussi les risques de syndrome du choc toxique qu’on a avec les tampons à haute capacité d’absorption, même si celui-ci n’est pas nul avec la cup. Coté pratique, je ne lui vois que des avantages ! Elle vous sécurisera dans toutes les situations, de la piscine à votre entretien d’embauche en pantalon blanc, en passant par la nuit tout.e nu.e dans votre lit. Pas de ficelle, pas de grande culotte à sacrifier, pas besoin de la changer toutes les 4h ! Quand elle est bien utilisée, il n’y a aucun risque de fuite ou d’odeur, c’est clairement comme si on n’avait pas nos règles quand on la porte ! La cup a aussi cet avantage de ne pas engendrer de sécheresse vaginale, ce qui est le cas du tampon. Le confort d’une bonne cup est sans pareil !

La seule spécificité de la cup qui pourrait vous freiner c’est qu’il faut être à l’aise avec son corps, avec le fait d’insérer des doigts dans son vagin et d’être en contact avec son sang menstruel. Certain.e.s n’aiment juste pas trop ça et dans ce cas je dirais qu’on s’y fait rapidement, mais si c’est quelque chose qui vous met sérieusement mal à l’aise, il n’y a pas de souci, il y a d’autres protections hygiéniques adaptées à chacun.e ! Attention aussi si vous portez un stérilet : certaines personnes ne rencontrent aucun soucis à combiner cup et DIU mais pour d’autres, l’effet ventouse de la cup pourrait le faire bouger, l’endommager ou le faire sortir de l’utérus… Demandez conseils à votre professionnel de santé avant de vous lancer !

Comment choisir sa cup ?

Pas facile ! Il y en a maintenant beaucoup sur le marché, mais ce sera principalement en fonction de la tonicité de votre périnée : avez-vous déjà eu des enfants par voie basse ? Quel âge avez-vous ? Comment est votre flux ? La plupart des sites marchands vous conseilleront le meilleur modèle pour votre situation, et certaines marques font même des packs avec deux tailles de cup pour tester les deux. Je vous conseillerais de vous lancer avec la cup qui vous semble adaptée sans trop vous prendre la tête, mais n’hésitez pas à en essayer une autre après quelques utilisations en cas de difficulté ou d’inconfort ! Une cup trop rigide pourrait vous gêner lorsque vous urinez, une cup trop grande pour vous sera difficile à mettre en place et désagréable à porter, une cup de mauvaise qualité aura des fuites…

La cup Lunéale, sans tige

Il existe aussi différentes tiges, plus ou moins longues, en forme d’anneau ou de petite boule selon vos préférences pour l’agripper et la retirer. Ici, ce n’est qu’une question de goût et de sensation, car nous avons tou.te.s des anatomies différentes. 

La Lily One, rétractable et super souple

La mise en place : comment BIEN mettre sa cup ? 

Cette étape est souvent celle qui nous pose problème alors qu’elle est décisive : une cup mal mise, ça peut être désagréable ou simplement inefficace ! 

Avant toute chose, pensez à bien vous laver les mains avant et après la mise en place de votre cup (c’est une règle d’hygiène de base mais c’est important de le rappeler !) 

En très bref la technique est la suivante, on plie la cup sur elle-même, on l’insère dans le vagin avec ses doigts et on la laisse se déployer toute seule pour retrouver sa forme originelle et « se ventouser » au col de l’utérus, là où le sang s’écoule. 

On y pense pas forcément mais une pointe de lubrifiant, ça aide grandement ! Je choisis souvent l’huile de coco (bio, vierge et extraite à froid) car c’est mon alliée du quotidien pour une vulve en bonne santé, mais n’importe quel lubrifiant à base d’eau fait l’affaire aussi. Ça rend l’insertion bien plus facile et agréable, surtout si on vient de passer aux toilettes et de s’essuyer, se laver et que notre vulve est dépourvue de sa lubrification naturelle. 

J’ai aussi mis du temps à trouver la bonne position : en cowboy sur mes deux pieds bien écartés, en flamand rose avec un pied sur la baignoire, assis.e bien confortablement sur les toilettes… ou encore accroupie comme une grenouille ! Dans cette dernière position, votre vagin est plus court et votre périnée bien détendu : pour cette raison, j’aimerais la conseiller à tout le monde ! Je vous propose d’essayer et de toucher à l’intérieur pour trouver votre col de l’utérus. Je suis certaine qu’on est très peu à connaitre et ressentir cette partie de notre anatomie : ce petit bec un peu dur au fond du vagin n’est pas si loin quand on est accroupie et détendue alors on peut le localiser ! Vous verrez aussi que votre vagin n’est pas un tunnel tout droit mais plutôt une cave un peu tordue. Or l’idéal pour la cup, c’est de faire ventouse sur votre col, d’où l’importance de le trouver ! Il arrive souvent que la cup vienne se ventouser sur la paroi en dessous du col, ce qui cause des fuites, le sang s’écoulait sur le coté de la cup et pas dedans : logique. Une fois la cup insérée, n’hésitez pas à faire le tour de la cup avec un doigt pour vérifier qu’elle est bien déployée et que vous ne rencontrez pas votre col sur le coté de la cup.  

En ce qui concerne la technique de pliage, ne vous prenez pas trop la tête et allez au plus simple et au plus confortable, en testant vous verrez bien ce qui est le mieux pour vous. J’ai surtout vu qu’avec certains pliages, la cup a plus de mal à se déployer, à voir avec la souplesse de chaque modèle de cup. 

Vider sa cup 

Vous pouvez garder votre cup pendant environs 8h, maximum 10h : c’est ce que recommande la plupart des fabricants. Il est important de la vider et de la rincer régulièrement, même si elle se fait oublier très facilement, car le fait de garder du sang à l’intérieur du vagin trop longtemps peut être dangereux (cependant, la cup offre un environnement moins favorable à la prolifération des bactéries, en particulier les staphylocoques responsables du SCT, par rapport aux tampons et aux serviettes ). Mais très clairement la cup permet de passer sa nuit et sa journée librement sans s’en préoccuper. On est donc pas obligé de passer par la case toilettes publiques, même si le rinçage de la cup reste possible, avec une petite bouteille d’eau par exemple quand il n’y a pas de lavabo dans la cabine de toilette. Mais dans l’idéal, une fois à la maison, dans sa petite salle de bain on peut se mettre bien à l’aise pour vider sa cup !

Encore une fois, la position de la grenouille me paraît pas mal mais perso c’est pas indispensable pour le retrait. Je commence par détendre au max mes muscles et tirer très doucement sur la tige pour faire descendre la cup qui se place parfois très haut dans le vagin. Ensuite je pince la base de la cup elle-même pour supprimer l’appel d’air et plop ! ça vient tout seul ! Si vous rencontrez des difficultés, surtout ne paniquez pas, rien ne peut se « perdre » en vous, et vous finirez bien par arriver à retirer votre cup très simplement. Détendez-vous, essayez d’attendre quelques minutes, changez de position et essayez de pousser légèrement votre cup vers le bas avec les muscles qui entourent la zone du vagin. 

Il est peut-être utile de vous rassurer ici car vous allez voir votre sang menstruel au moment de vider votre cup : ce sang est très rarement bien rouge et fluide comme le sang qui coule d’une blessure. C’est plutôt rouge foncé, marron voire noir car il s’agit d’un sang qui à vieilli dans votre utérus avant de s’écouler. Surtout ce n’est pas fluide, il peut y avoir des morceaux d’endomètre ! C’est la paroi de votre utérus qui tombe car elle s’était préparée à loger un embryon qui n’est jamais venu. Parfois on peut y voir des vaisseaux sanguins, parfois des amas un peu plus visqueux… il y a aussi un peu de votre glaire cervicale, la lubrification naturelle du vagin et de votre utérus, dont la consistance fluctue au fil de votre cycle. Bref, tout ça pour vous dire que le sang de vos règles ne doit pas vous dégouter ou quoi, son aspect ne doit pas vous affoler trop vite. Tout cela est très sain et naturel.

L’entretien

Le plus important est de stériliser votre cup au début et à la fin de votre période de règle, avant de l’utiliser et avant de la ranger. Pour cela, il suffit de la plonger dans de l’eau bouillante pendant quelques minutes. C’est la garantie qu’aucun germe ne prolifère sur  votre cup ! Vous pouvez également la savonner et la frotter avant de l’ébouillanter pour enlever tout résidu mais veillez toujours à bien rincer votre cup, on ne veut pas prendre le risque de mettre du savon à l’intérieur du vagin. Avec le temps et plusieurs mois d’utilisation il est possible que votre cup se teinte ; en effet, le sang tache beaucoup et peut pigmenter le silicone. Ce n’est pas grave et cela n’altère en rien l’efficacité de votre cup et son hygiène. Cependant, si vous voulez donner un coup d’éclat à votre cup, vous pouvez lui donner un petit bain à l’eau oxygénée pour faire disparaitre les tâches tenaces, suivi d’un bon rinçage et d’une stérilisation.

Conclusion 

J’ai adopté la cup depuis maintenant 4 ans, pendant longtemps avec le plus basique et le plus cheap des modèles ! Le seul principe de la cup, qui recueille le sang avant même qu’il  n’arrive à la vulve, est pour moi le plus pratique, confortable et libérateur : pas d’odeur, pas de ficelle, pas de fuites, elle permet même d’avoir une intimité l’esprit tranquille pendant ses règles. On peut très bien faire du sexe sans pénétration, des caresses, des rapports buccaux… Je pense même qu’il est possible d’entreprendre de légères pénétrations très prudentes ! Pour plus de sécurité à ce niveau, il existe même une cup qui revendique la possibilité de faire du sexe avec, d’ailleurs sa forme n’est pas du tout la même que les cups plus classiques. Pour moi, tout les arguments sont pour la cup, alors à vous de tenter l’expérience !

La Ziggy cup, pour faire du sexe pendant les règles en toute quiétude !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *